le logo de la revue le Rouge et le blanc

25 août 2017 Rencontres > Portraits

image article

Haridimos Hadzidakis, Santorin orpheline…


Les vendanges étaient précoces cette année 2017 à Santorin. Elles finiront sans Haridimos Hadzidakis…
Car Haridimos nous a quittés. Il est décédé juste avant ses cinquante ans, laissant derrière lui un travail inaccompli….
Ceux qui l’ont connu, ont pu remarquer son regard un peu mélancolique, une certaine tristesse dans son sourire, derrière lesquels se cachait un homme talentueux, entreprenant et généreux.
Je me souviens de notre première rencontre, il y a plus de quinze ans, dans son chai minuscule, près du village de Pyrgos. Un vrai capharnaüm que certains de LeRouge&leBlanc ont connu. On se posait la question : que va -t-il nous sortir de son chapeau ? Il montait sur ses fûts, la pipette (kleftis, la “voleuse” comme on dit en grec) à la main, il nous questionnait : « Il est comment ce vin ? » Et les échanges commençaient, se poursuivant à longueur de journée, et les liens se tissaient avec cet homme attachant et passionné par son terroir.

Le poète Kavadias qualifiait les vins de Santorin de « Gloire du cristal » Quelle meilleure image pour les vins d’Haridimos ? Cuvée n°15, Mylos, Nykteri, Pyrgos, Louros, tous des vins de « lieux-dits » à un moment où tout le reste de l’île ne produisait que deux cuvées : Santorin et Santorin en fût…

Ses vins disparaîtront dans quelques années, mais son esprit et les idées qu’il a développées sur cette île si particulière continueront à vivre non seulement à Santorin, mais dans tout le vignoble grec.

Solon Douligéris